Offre Bremusa branding

Offre Skyleia site vitrine

Offre Laïa pour entrepreneure jeune pousse

WordPress, c’est quoi ?

WordPress est un CMS (Content Management System)  soit système de gestion de contenu. Libre, gratuit, et personnalisable. Enfin… je parle du WordPress.org, et non le WordPress.com.

Le savais-tu ? Il y a bien deux versions de WordPress. C’est une notion qui m’a été très compliquée à comprendre à mes débuts, il y a à peu près 10 ans, voire peut-être plus. Pouf, cela ne me rajeunit pas !

Donc WordPress est un logiciel open source. En accédant à une base de données MySQL avec PHP, ce CMS te permet de créer ton site. Certains diront simplement ; moi, je dis rapidement. Encore faut-il avoir quelques notions de base en code HTML et CSS. Pas nécessairement en PHP ou JavaScript, car c’est la puissance de WordPress, pas besoin d’un développeur pour créer ton site !

WordPress n’a pas de limites, tu peux créer un site vitrine, de vente en ligne, un catalogue, un blog, un portfolio, un site institutionnel, d’enseignement ou communautaire. Il suffit de choisir la bonne solution à associer.

Les différents WordPress

Dans le paragraphe plus haut, j’ai partagé avec toi une information intéressante. Il existe deux types de WordPress. Tu as un livre blanc à ta disposition qui t’explique très rapidement et simplement la différence entre ces deux plates-formes. 

Voici une explication plus détaillée et plus poussée.

Le site WordPress.com est une plate-forme d’hébergement pour les sites WordPress. Un service de base gratuit où on te propose des extensions payantes afin d’enrichir ton site de fonctionnalités. WordPress.com convient très bien aux débutants, car il permet de créer un site très rapidement, sans se soucier des maintenances techniques.

Eh oui, tout est géré par la plate-forme WordPress, elle n’est pas belle la vie ! Mais il y en a toujours un mais : tu es limité·e.

  • Pas d’accès à tes fichiers FTP,
  • Espace de stockage payant,
  • Le design de ton template est peu ou pas du tout personnalisable.

C’est le revers de la médaille, certes tu as un site créé de tes propres mains, avec 0 compétence Web. Résultat, tu es très vite limité·e.

En revanche, avec WordPress.org, le champ des possibles est ouvert !

La limite, c’est toi et tes compétences. C’est pour cela qu’il est préférable de laisser un spécialiste s’occuper de ton site, car avec une bonne expertise, tout est réalisable.

  • Accès à tes fichiers FTP,
  • Extensions/plug-ins,
  • CSS et JS modifiables,
  • Création de plug-ins spécifiques,
  • Modification de la charte graphique.

Le bémol : les maintenances sont maintenant à ta charge ou à celle de ton intégrateur Web.

Les bases pour créer un site

Il te faut connaître les notions, le fonctionnement d’un WordPress. Comment fonctionnent le Web, les langages HTML et CSS ?

Pourquoi ? Car tu dois tout simplement comprendre le mécanisme pour pouvoir créer intelligent. Je te rassure, pas besoin d’être un expert.

Les bases techniques

Comprendre que pour afficher un élément en ligne, sur Internet, il faut le créer avec un fichier HTML.

Pour lui ordonner des couleurs ou du style, il faut créer un fichier CSS.

Pour qu’il réponde à certains ordres, mettre à jour du contenu de façon dynamique, il faut du JS (JavaScript), etc.

Les premiers éléments donnés (HTML et CSS) fonctionnent bien en local, directement sur ta machine, ton PC. Mais, pour l’instant, ils sont visibles rien que par toi. Pour que le monde puisse voir ces éléments, il te faut les héberger sur un serveur pour qu’ils soient accessibles à tous.

Donc tu dois louer un espace d’hébergement pour les stocker quelque part. Ensuite, il faut une adresse pour que les personnes invitées ou intéressées puissent aller voir ces infos. Donc tu loues un nom de domaine.

Voilà, je viens de t’expliquer très rapidement et sommairement les notions à comprendre pour créer du contenu visible sur le Web.

Quand tu as compris cela, c’est-à-dire pour que ton site soit visible, tu dois louer un hébergement et un nom de domaine, tu peux alors te lancer dans le choix d’un hébergeur qui répond à tes besoins et à ton CMS. Ici, c’est WordPress. Tu installes WP sur ton hébergement qui est relié à ton nom de domaine.

Ensuite, tu dois passer par quelques étapes pour le configurer, nous verrons cela plus loin.

Les bases stratégiques

Alors, tu as choisi ton hébergement, ton nom de domaine, ton CMS (WP) et après, que faire pour bien créer, créer de façon stratégique ?

Premièrement, poser ses intentions.

Pose tout simplement tes envies sur papier. Pour cet article, nous allons prendre l’exemple d’un professeur d’anglais, Léo, qui souhaite créer son site. www.leo-prof-anglais.com

Il y aura quoi sur son site ?

  • Une présentation de lui,
  • Une série de cours écrits et de vidéos qui sera mise à jour régulièrement,
  • Une partie blog où il retrace ses voyages dans différents pays anglophones, par exemple,
  • Une section webinaire, où il traite une fois par mois une thématique bien spécifique. Ses webinaires sont payants, donc un système de réservation et de paiement est à mettre en place.

Voilà, c’est déjà pas mal. Ce profil peut te paraître simple, cependant, cela demande une logistique et une stratégie bien particulières et bien pensées pour que le site rencontre un succès fou : lecteurs, trafic sur le site, questions et achat.

Créer une arborescence, une mindmap

L’arborescence permet de voir en un coup d’œil le nombre de pages présentes sur le site.

Définir le champ lexical et les mots-clés

  • Page présentation

Présenter l’humain qui est à l’origine de ce projet, la stratégie se joue sur le texte, sur les mots utilisés.

Voici la première collaboration avec les « Hey, tu peux m’en dire plus ? » Mathilde a accepté de créer ce post pour t’explique plus en détail ce qu’est un champ lexical et comment rechercher ses mots-clés.

Mathilde est rédactrice Web & Copywriter. Son domaine : la food, vin & spiritueux et l’hôtellerie. 

Si le sujet t’intéresse, clique sur le post Instagram.

Mathilde m’a également écrit ma bio 😀 Elle est canon, nan !?

Définir les contenus longs et les contenus courts

Les contenus courts

  • Cours à l’écrit

Attirer des lecteurs avec du contenu qui enrichira le site. Et ces contenus pourront être résumés pour constituer de la matière pour les réseaux sociaux.

  • Cours en vidéo

Un autre support de contenu, tout le monde n’aime pas lire des lignes et des lignes. Parfois, les images sont bien plus parlantes. Et ces contenus pourront être d’excellentes matières pour les réseaux sociaux, notamment stories/reels.

Faisons un point

Dans cet exemple, le premier outil de conversion de Léo sera son site, car le paiement se trouve ici. Mais il faut penser aux autres leviers qui sont à ta disposition sur le Web, les réseaux sociaux, par exemple.

Les contenus longs

Les webinaires, par exemple, seront des sessions d’une heure ou deux. Les cours à l’écrit peuvent aussi faire partie des contenus longs, sur une leçon, en particulier.

Stratégie blog

  • Blog

De la matière riche en valeur ajoutée, car c’est du concret, ça fait rêver et c’est un contenu dynamique. Il pourra aussi être traité sur les réseaux sociaux avec des stories à la une.

Partir sur du texte riche ou de jolies photos ? À Léo de voir, en fonction de ses compétences rédactionnelles et de son temps à y consacrer. Créer un article est une activité chronophage.

Le business de ton site, ce qui va te faire vivre

  • Webinaire, la valeur payante

Jusqu’à présent, Léo propose gratuitement des solutions partielles à la problématique de base. Si un internaute se retrouve sur son site, c’est qu’il souhaite apprendre ou perfectionner son anglais. Léo offre des solutions partielles avec ses cours à l’écrit ou en vidéo sur son site. Ses posts Instagram et Facebook peuvent également aider.

Mais la solution complète, ce sont les webinaires qu’il te propose. Les webinaires payants.

Une fois que l’internaute aura consommé les produits, prestations, services gratuits, il aura envie de consommer le contenu payant, car une affinité se sera créée entre lui et ce professeur. Il va aimer sa façon d’enseigner à l’écrit, en vidéo et aura envie d’en apprendre encore plus par le webinaire.

  • Apprendre à converser en groupe,
  • Préparer son TOEIC et son TOEFL,
  • Tester son niveau d’anglais,
  • Se remettre en selle après n’avoir plus pratiqué la langue depuis plusieurs années,
  • Préparer un entretien d’embauche en anglais.

Comment installer WordPress ?

Il est préférable de passer par ton FTP pour installer WordPress sur ton hébergement.

Le FTP (File Transfer Protocol) est un protocole de communication qui te permet de partager/transférer tes fichiers sur un réseau TCP/IP Transmission Control Protocol/Internet Protocol (Protocol de contrôle des transmissions/Protocole Internet). TCP/IP est un ensemble de règles normalisées permettant aux ordinateurs de communiquer sur un réseau tel qu’Internet. 

Avec un logiciel, tu peux transférer tes fichiers d’un ordinateur à un autre ou d’un ordinateur à un serveur.

Le logiciel FTP le plus connu est FileZilla, moi j’utilise WinSCP.

Toutefois, la plupart des hébergeurs proposent une solution clé en main pour installer le CMS, alors pour quoi s’embêter ?

Sache tout de même qu’au moindre bug, la solution est de faire ta configuration via ton FTP (installation manuelle) et d’installer le zip donné ici : https://WordPress.org/download/ dans le répertoire www (chez OVH) ou public_html (chez O2switch).

Je ne vais pas t’expliquer comment installer ton site en local, tout simplement parce que je ne le fais plus depuis plusieurs années. Je n’aime pas travailler en local, car cela peut générer des conflits au moment de la bascule sur l’hébergement, si certains réglages ne sont pas faits correctement.

Avec la solution clé en main de ton hébergeur pour installer WordPress, tu vas devoir renseigner quelques champs pour créer la base de données et ton identifiant pour la connexion au back-office. Laisse-toi guider, c’est assez simple.

Pour te connecter à ton back-office, tu rentres dans ton navigateur cette adresse : tonsite/wp-admin, dans notre exemple : leo-prof-anglais/wp-admin

Comment configurer ton WordPress ?

Chose très importante, il faut régler son WordPress dès le début, sous peine de perdre des données si tu te risques à faire tes réglages plus tard.

Les onglets à changer :

  • Général,
  • Lecture,
  • Discussion,
  • Permaliens (très important de sélectionner le format titre de la publication, pour optimiser les URL).

Ces réglages facilitent le SEO.

Pour quelle raison il est important de  passer son WordPress en HTTPS ?

Il est important, plus que jamais à l’heure actuelle, d’avoir un site sécurisé, surtout si tu proposes de la vente en ligne.

Ton URL doit utiliser le protocole HTTPS. Je t’explique comment faire.

Premièrement, tu dois obtenir un certificat SSL, il est maintenant gratuit et compris dans l’achat de ton nom de domaine et hébergement.

Les certificats SSL payants sont utiles si tu gères un site e-commerce avec des données sensibles.

Changer tes URL en les passant de HTTP à HTTPS

Tu dois te rendre dans les réglages de ton back-office WP et modifier quelques lignes de code dans ton fichier « Wp-config.php ». Rapproche-toi de ton développeur pour cette manipulation.

Créer une redirection 301

Tu peux les modifier grâce à ton fichier .htaccess ou en utilisant un plug-in ; encore une fois, c’est le travail de ton développeur.

Comment structurer son site ?

Premièrement, entoure-toi de personnes compétentes pour te créer un vrai cahier des charges qui sera le fil conducteur de ton projet. Avoir un site ne fait pas tout. Tu dois créer une réelle stratégie autour de ton site pour qu’il fonctionne.

  • Connaître le but de ton site,
  • Qui va le visionner ?,
  • Pourquoi ?,
  • Quel type de contenus mettre pour le faire vivre ?.

Je te conseille également, peu importe la nature de ton site (vitrine, e-commerce, blog), de créer ton arborescence et de faire une mind map de chaque page. Tout simplement pour être sûr·e de ne rien oublier, de penser à chaque fonctionnalité, à chaque étape du parcours de ton lecteur/visiteur.

Grâce à ton arborescence, tu auras la structure de ton site, une vision globale. Tes données seront hiérarchisées et claires.

Pour qu’un internaute se sente bien sur ton site, le parcours doit être simple, logique et fluide. Si c’est trop compliqué, le visiteur s’en va ! Et toi, tu veux qu’il reste le plus longtemps possible, qu’il revienne pour qu’il puisse acheter tes solutions.

Évite de faire trop de niveaux dans ton arborescence. 3 maximum, car au-delà ton référencement sera difficile.

Le référencement et WordPress

Le mieux et c’est comme pour beaucoup de choses dans la vie, adresse-toi à un professionnel du métier.

Je vais partager avec toi des astuces, des conseils appris durant ces 14 années d’expérience. En revanche, ne l’oublie pas, je ne suis pas experte en référencement.

Les différents types de référencement

  • SEO (Search Engine Optimization), le référencement naturel,
  • SEA (Search Engine Advertising), le référencement payant,
  • SEM (Search Engine Marketing), une combinaison du SEO et du SEA,
  • SMO (Social Media Optimization), l’optimisation pour les médias sociaux ou le référencement social,
  • Le référencement local, comme Google Maps et page Google my business.

Pour avoir un bon référencement sur WordPress, il y a une check-list à suivre. Je te donne quelques astuces.

Choisis un bon hébergeur

La vitesse d’affichage d’un site contribue à un bon référencement. Pour choisir ton hébergement, il te faut connaître la nature de ton site et ses besoins.

Une liste d’hébergeurs Web performants :

  • Infomaniak
  • WPserveur
  • Hostinger
  • PlanetHoster
  • O2Switch (passée chez eux l’été dernier)

Selon moi, OVH a perdu ses rangs de noblesse depuis ces dernières années (incendie, service technique moins performant, panne).

Choisir un thème optimisé pour le SEO

Teste le thème choisi avec https://web.dev/measure/

Installe un plug-in SEO

Je travaille avec Yoast SEO (j’installe les bases ; pour le reste, je fais appel à une spécialiste du SEO).

Voici un article d’Emmanuelle qui te parle des 10 meilleurs plugins SEO WP en 2022. Emmanuelle aide les PME belges et francophones à propulser leur activités sur le Web. Emmanuelle est consultante en marketing digital. Passionnée par les réseaux sociaux, le référencement naturel (SEO) et la conception et rédaction web.

L’importance des titres dans ta stratégie SEO

Pour les titres dans tes pages, les balises Hn ont leur utilité. Tes titres permettent d’aérer ton article, de le rendre plus digeste, compréhensible.

Ils hiérarchisent ton contenu et permettent aux moteurs de recherche d’indiquer la structure et de mettre en avant certains mots-clés.

Attention : un titre doit rester court et logique, ne fais pas de phrase à rallonge pour y caser un maximum de mots-clés.

  • Les balises titres vont du H1 au H6, du plus important au moins important.
  • Un H1 est UNIQUE dans une page.
  • Il faut respecter les niveaux H1 puis H2, H3. Pas de H2 puis H5.
  • Utilise les H2 avec parcimonie.

Le maillage

Liens internes et externes à ton site. Cela permet de proposer à ton lecteur du contenu autre pour l’aider dans sa réflexion sur un sujet et de citer d’autres experts dans le domaine.

Les liens Internet permettent de faire le lien sur différents sujets, de montrer l’étendue de ton savoir.

Pour en savoir plus sur le maillage, je te partage un article de Delphine. Dans cet article tu trouveras toutes les explications sur la définition du maillage et les bonnes pratiques. Delphine est rédactrice Web. Elle rédige et j’optimise tous tes contenus. Son objectif ? Rendre ton site irrésistible aux yeux de Google.

Nommer ses images : la balise ALT

C’est une bonne pratique pour l’accessibilité Web, afin d’aider les utilisateurs malvoyants équipés de lecteurs d’écran, mais les balises ALT permettent aussi de donner un contexte et une description des images aux moteurs de recherche.

Optimiser le poids de tes images

Avant de parler optimisation, nous allons revoir une notion : la nature d’une image. Il y en a deux types : les images matricielles ou bitmaps et les vectorielles.

Les images vectorielles, conçues à partir d’équations mathématiques, sont des images créées par ordinateur. Elles peuvent être étirées sans perdre en qualité.

Les images matricielles ou bitmaps sont des images composées de pixels, comme des photos. Pour les exploiter correctement, il faut des dimensions et une résolution forte pour pouvoir les modifier sans trop de perte de qualité.

Les images de ton site doivent être optimisées pour ne pas prendre trop d’espace sur ton serveur et pour qu’elles puissent s’afficher rapidement sur l’écran de ton lecteur.

Voici des astuces pour optimiser tes images.

Dans un premier temps, choisis la bonne extension : JPEG/JPG, PNG, GIF ou SVG.

Comment choisir l’extension ?

Le PNG, c’est pour exploiter la transparence d’une image. Si ton image n’a pas de fond transparent, elle ne doit pas être un PNG, car le PNG pèse très lourd. Si ton image a un fond transparent, le PNG est le bon format, mais attention à sa dimension, nous y reviendrons plus tard.

Le JPEG est le format de base pour les images lambda.

Le GIF s’utilise surtout pour les animations, le GIF animé et ne travaille qu’avec 256 couleurs. Par conséquent, les dégradés de couleurs sont très mal supportés par un GIF.

Le SVG est le format le plus cool, car léger et en vectoriel. Parfait pour un logo, par exemple.

Comment choisir la dimension ?

Pour les dimensions, il suffit de se donner des règles à suivre pour la totalité de ton site.

Les images d’illustration texte n’ont pas besoin d’être très grandes, je préconise du 800 x 600 pixels.

Si l’image doit être zoomée, du 1 024 pixels de large.

Pour les images décoratives, tu peux aller jusqu’à 1 900 pixels de large. Cependant, ces images doivent être rares sur ton site.

Il nous reste la résolution de l’image.

Comment choisir la résolution de ton image ?

C’est simple, sur le Web, la résolution est de 72 dpi.

À la maison, l’impression de document 150 dpi et l’impression pour du print 300 dpi.

Et le poids ?

Il n’y a pas de règles générales. Il faut juste faire en sorte que tes images se chargent rapidement tout en ayant une bonne qualité visuelle.

Je te conseille entre 100 et 150 Ko pour une image moyenne.

Cependant, une image de grande taille, comme les images d’illustration, m’autorise à aller jusqu’à 300 Ko.

Ta routine ?

Si tu as un logiciel de traitement de l’image comme Photoshop ou Photopea, l’équivalent de Photoshop en ligne et gratuit, voici ta routine à établir.

Choisis ton image, définis son utilité pour choisir sa dimension et modifie aussi sa résolution ; choisis en dernier son extension.

Donc :

  1. Résolution,
  2. Définition,
  3. Extension,
  4. Attention au poids.

Les plug-ins, c’est quoi ?

Les extensions ou plug-ins sont des modules ajoutés à WordPress. Les extensions permettent d’ajouter des fonctionnalités au site. Certaines sont intégralement gratuites, d’autres, partiellement gratuites ou totalement payantes.

Mon conseil : avant d’acheter un plug-in, tu dois être sûr·e de tes besoins. En ayant fait ton arborescence, utilisé un mind map et créé un cahier des charges, ton projet est plus que clair dans ton esprit.

Il arrive parfois que certains clients changent d’avis en cours de route, aient mal exprimé leurs besoins ou que tu aies mal interprété leurs demandes. Ce n’est pas grave, le module peut être utilisé pour un autre projet (avec l’accord du client). Et cela met les idées en place avant d’acheter quoi que ce soit d’autre.